LA CHRONIQUE DE ANNE

LES JEUX DE HASARD ET D’ARGENT
LA LUTTE ET LA PRÉVENTION CONTRE LE JEU PATHOLOGIQUE

ACCUEIL: CHRONIQUE DE ANNE

Oh jeu quand tu nous tiens !

La majorité des personnes qui m’écrivent ont développé une dépendance aux appareils de loterie vidéo et/ou aux machines à sous que l’on retrouve seulement dans les casinos. Tel que je vous l’ai déjà souligné, c’est la forme la plus sévère de dépendance au jeu.

Quand on tombe en amour avec une machine et qu’elle nous appelle à tout moment du jour et de la nuit, rien ne va plus. Elle mène toute notre vie. Elle nous conduit à l’appauvrissement dans un temps record. Son appétit est vorace, impossible à satisfaire. C’est un ogre sans pardon, conçu pour recevoir et non donner. Elle finit par nous tenir comme un pantin sur une ficelle. C’est un véhicule dont l’unique destination est l’enfer. Voilà ses uniques propriétés.

Fiez-vous à mon expérience, je suis passé par-là.

J’éprouve une compassion inébranlable pour tous ceux et celles aux prises avec cette forme de jeu qui emporte des vies humaines. Je sais à quel point il est difficile de se défaire de cette obsession, de cet amour maladif pour une pitoyable pièce d’équipement sournoisement fabriquée d’illusions et de déceptions très amères.

Je ne vous le dirai jamais assez, l’industrie du jeu n’est pas conçue en votre faveur. Le jeu est un piège, rien d’autre. C’est une substance mortelle, un empoisonnement à faibles doses, un destructeur acharné et sans pitié.

J’aimerais demander à tous les internautes, qui m’adressent un courriel pour obtenir de l’aide ou des conseils, d’énoncer clairement leur problème. C’est très difficile de répondre à une personne qui m’écrit simplement : j’ai un problème de jeu, pouvez-vous m’aider ? Je ne peux pas deviner la gravité de vos difficultés, la ou les formes de jeux auxquelles vous vous adonnez, depuis combien de temps, à quelle fréquence ni si vous avez suivi une thérapie ou avez déjà consulté un professionnel dans le domaine.

Pour vous guider, j’ai besoin d’informations. Merci d’en prendre bonne note.

Je vous réitère qu’à moins de stipulations contraires de votre part, tous vos courriels seront publiés sur ce site dans le but d’aider les gens à comprendre la maladie du jeu pathologique.

Avez-vous un problème de jeu ? Connaissez-vous quelqu’un qui a un problème de jeu ?

Merci de me lire.

Affection, Anne
 

Anonyme 5

5 juillet, 2003 14:08

Bonjour,

(..) Voilà mon nom est  XXXX  et cela fait six année que j'ai connu le jeu d'argent et bien sur je me suis laisser prendre au piège ça c'est fait insidieusement contre mon grée. J'ai 32 ANS et jusqu a mes 26 ans je n'ai jamais jouer a de l'argent et même je trouvais cela idiot, venant d'une famille ouvrière et ayant lutter durs à l'école pour m'en sortir je connaissais la valeur de l'argent... Tout a commencé le jour ou un de mes beau frère (...) est devenu employer dans un casino;  et un jour je lui ai rendu visite au travail et j'ai vu ces machines vidéo de poker, course de chevaux, black jack, etc etc. Quelques mois après je m'y suis rendu et malgré les avertissements de celui ci, j'ai jouer la valeurs de dix EURO, environ la valeur de vingt dollars canadiens et MALHEUREUSEMENT j'ai gagneé la somme de 1500 EUROS, 3OOO dollars, et petit a petit en deux années je suis devenu accro et disparu le plaisirs a laisser place aux angoisse et au problèmes, aux mensonges etc. J'ai la chance d'avoir un job très technique et bien rémuré sinon je serais dans une situation impossible ; aujourd'hui je n'en peu plus des ces idioties j'ai déjà arrêté 13 MOIS sans jouer et j'ai replonger a deux reprises . Je vis en France a la frontière luxembourgeoise et belge, je sais que vous êtes au Québec si vous pouvez me conseiller.

Anonyme 5


RÉPONSE DE ANNE

Bonjour,

Merci de votre confiance et de votre franchise. Le jeu pathologique est une maladie sournoise qui s'installe progressivement ... là, vous avez bien raison.

Si vous avez été capable d'arrêter de jouer pendant 13 mois, dites-moi ... qu'est-ce qui a provoqué votre rechute ? Une mauvaise nouvelle, un malheur, quoi ? Pourquoi êtes-vous retourné au jeu après 13 mois d'abstinence ? Le savez-vous ? Si vous découvrez la source, vous comprendrez les situations à risques qui ramènent le jeu dans votre vie et il vous sera plus facile de contrôler votre impulsivité.

Avez-vous déjà suivi une thérapie ? Avez-vous consulté un psychologue ou intervenant ? Avez-vous la possibilité d'assister à des réunions de gamblers anonymes ? Existe t-il des centres de traitement et de thérapie pour joueurs compulsifs dans votre région ?

Au Québec, je saurais où et à qui vous référer immédiatement. En France, je connais pas les organismes d'aide ? Pouvez-vous m'éclairer davantage ?

J'attends vos réponses à mes questions. N'hésitez pas à m'écrire dans les meilleurs délais pour que nous tentions ensemble de trouver un chemin viable pour vous.

Bon courage,

Affection, Anne xoxo

Note de l'éditeur: SERVICES EN FRANCE

"S.O.S. Joueurs"

  • 01 43 43 10 77
  • 22 rue Ducouédic 75014 PARIS

Ce service, qui fonctionne pour l'instant le lundi, mercredi et samedi de 9h30 à 13h, a pour vocation d'aider les joueurs compulsifs sur le versant psychologique, juridique et social.

L'hôpital Pasteur à Nice a ouvert cet été une consultation et une unité de soins «jeu pathologique» destinée à la prise en charge et au traitement des joueurs pathologiques.

  • 04 92 03 77 77
  • 30, av. de la Voie Romaine BP 69 06002 Nice Cedex 01

Merci de m'avoir répondu et de votre sollicitude a mon égard


J'ai replongé après treize mois a cause de l'ennui, je pense même si cela est idiot je vous l'accorde c'est vrai que étant souvent occupé dès que j'ai quelques moments de libres après mes loisirs et que mon épouse est au travail l'ennuie me gagne et là... je sens bien que l'envie me prend d'aller dans les salles de ma région, il n'y a pas de asbl types A.A ou du genre au Luxembourg, mais parlant l'allemand, je ne comprend pas le luxembourgeois qui est un patois de l'allemand. En Belgique ça existe mais a deux cent kilomètre ça fait loin et en France mais c'est a 120 kilomètres je me suis déjà renseigné.. J'AI ÉGALEMENT PRIS des mesure a mon égard je n'ai jamais beaucoup de liquide, argent, sur moi et je ne prend mes cartes de crédits que quand c'est justifié et que j'en ai un besoin urgent, j ai fais limiter ma capacité de retrait volontairement même si je n'ai jamais dépassé ma limite. J'AI déjà consulté auprès d'un psychiatre qui m'a répondu qu'il ne pouvait rien pour moi car lui même était un gros joueur de roulettes au casino, j ai une amie psychologue a mon travail qui me guide un peu si on peut dire mais elles est dépassée par ce problème, elle ne sait comment traiter le problème et le fait qu'elle me soit proche la gêne quelque peu. Des fois l'envie me vient d'envoyer tout balader tellement ce problème me
ronge, le fait que je n'arrive pas a laisser tomber me pourrit la vie.

Je voudrait préciser que je ne fréquente pas les casinos classiques , mais les salles de jeu automatique vidéo et que je n'ai jamais joué au casino et que ça ne m'a jamais attiré car j'y ai déjà été mais heureusement ça m'ennuie. En vous remerciant encore, je vous salue fraternellement  XXXX  (si mon prénom vous intrigue car c'est souvent le cas, bien qu'étant BELGE résidant en France mes parents viennent de Turquie, d'Ankara précisément ils ont émigrés en 1957).

À bientôt et merci encore

Anonyme 5


Bonjour,

Merci pour votre message. Dites-moi, existe t-il dans votre région un centre de traitement et de thérapie pour alcooliques et toxicomanes ? Si oui, vous pourriez vous inscrire à leur programme de thérapie. Le programme de rétablissement des gamblers anonymes est basé sur leur programme, c'est-à-dire qu'il a été adapté pour les personnes affectées par une dépendance au jeu. C'est une avenue que vous pouvez exploiter.

J'aimerais tant vous aider davantage ... la distance est le plus grand des maux.

Vous pouvez continuer à m'écrire si vous le désirez.

Merci de me répondre.

Bonne journée Ceylan, je pense à vous,

Grosse caresse du Québec

Affection, Anne


Anonyme 6

10 juillet, 2003 08:46

Bonjour Anne

Moi et mon conjoint nous essayons d'aider mon père a sortir du gambling. Depuis cinq ans celui-ci a perdu plus de trois cents milles $ dans les machines. Il a complètement sabotée sa retraite avec une tonne de dette.

Pour sauver sa maison des crocs de la banque nous avons du l'acheter. Nous n'étions pas très chaud a cette idée puisque celle-ci a tellement été négligée qu'elle va nous coûter un bras de réno....bref.. Nous avons décider de l'aider, comment refuser de venir en aide à un homme de 62 ans qui nous le demande presque en pleurant de le prendre en charge ?

Nous avons donc décidé de lui retirer toutes ses cartes, nous lui avons fait un budget et il a droit a 40 $ semaine pour ses dépenses. Moi et mon copain ont s'occupe de tous.

De son coté, nous lui avons demander de consulter un psy et de se faire barrer au casino ce qu'il a fait. Après deux ans de ce traitement, il a joué quelques fois, mais les finances ce sont beaucoup améliorées, il a même pu s'acheter une voiture neuve et éliminer plusieurs cartes de crédit et présentement il est en vacance dans sa famille. Sa vie est passé de l'enfer au paradis en peu de temps. Ce qui me peine, c'est qu'il a reçu une lettre du casino qui le remerciait d'être un nouveau membre de la carte club casino privilège.

Belle lettre pour un gambler qui c'est fait barré, sa nous donne un bon coup de main dans nos démarches, par chance il était en vacance!!!

Je me demander si nous avons bien fait de l'aider, j'ai l'impression que maintenant il prend cela a la légère et qu'il se fit que popa et moman vont prendre soin de ses finances a vie. Je commence a en avoir ras le bol de ses rechutes et cachotteries. Le plus difficile c'est que je me suis rendu compte que ma soeur aussi est devenu gambler. Qu'elle famille!!! en résumé mon père et ma soeur sont gambler, ma mère est alcoolique et le chum de ma soeur est toxicomane.

Lorsque je regarde ce scénario d'horreur j'ai envie de déménager avec mon conjoint aux îles moukmouk loin des maudits vices de tous et chacun. J'essaie de continuer d'aider mais je ne veut pas y laisser ma peau avez-vous une suggestion ?


RÉPONSE DE ANNE

Bonsoir,

Ne soyez pas trop dure avec vous-même, voilà un premier conseil que j'aimerais vous donner. Je veux que vous sachiez que je reçois votre message avec vive compassion. Je sais combien il peut être décourageant de venir en aide à quelqu'un qui a le don de se remettre dans le trouble. Les conséquences ne vous appartiennent plus. Vous avez fait tout en votre pouvoir pour aider votre père, vous ne pourrez jamais cesser de jouer pour lui.

Le jeu pathologique est une maladie incurable, elle est traitable. C'est une maladie extrêmement sournoise et c'est pourquoi plusieurs joueurs rechutent. Le jour où un joueur commence à penser qu'il est guéri, c'est bien le contraire croyez-moi. Il est en grand danger. On ne guérit jamais de cette maladie. C'est comme un cancer, on vit des périodes de rémission. Certains joueurs rechutent 2 ou 3 fois avant d'atteindre l'abstinence totale. Chaque cas est différent, chaque individu a sa propre source de souffrance qui le conduit à se geler au jeu.

Je sais qu'il est difficile de comprendre et de vivre avec des personnes aux prises avec des dépendances comme le jeu, l'alcool, les drogues et autres substances dangereuses. Ça prend beaucoup d'amour et de compassion et ce n'est pas toujours évident, je sais.

Suite à tout ce que vous avez fait votre père, laissez-le se responsabiliser un peu en lui disant que lorsqu'il voudra vraiment sortir le jeu de sa vie pour de bon, vous serez là pour l'écouter. Ne lui prêter jamais d'argent, ne contracter jamais d'emprunt pour lui, ne vous appauvrissez jamais pour lui aider. C'est la pire chose à faire. Dites-lui que vous l'aimez, c'est tout.

Parfois, il faut être sévère avec ceux et celles que l'on aime. La meilleure façon d'aider un joueur à se responsabiliser c'est de lui offrir des solutions viables et non de régler ses problèmes. Laissez-le faire les démarches nécessaires pour maintenir l'équilibre dans sa vie.

Si je peux vous aider davantage, n'hésitez pas à m'écrire à nouveau.

Je pense à vous,

Affection, Anne xoxo

VEUILLEZ PRENDRE NOTE QUE LES MISES À JOURS DE CETTE CHRONIQUE ONT LIEU UNE FOIS SEMAINE


ACCUEIL: CHRONIQUE DE ANNE