Retour à la page index de la section "Écoles de pensée"

 

THÉRAPIES D'APPROCHE COGNITIVE-BEHAVIORALE
-COGNITIVO COMPORTEMENTAL-

BEHAVIORAL

Postulat
: Le jeu est un apprentissage et il peut y avoir extinction du comportement de jeu par simple manipulation  de l'environnement.

Désensibilisation (in vivo, in vitro et systématique)

  • On paire les indices du jeu avec des comportements d'abstinence, des sentiments d'ennui et des scènes de tranquillité. Comme les stimuli-indices du jeu ne sont plus en contingence avec le sentiment d'excitation, cela amène une extinction du comportement de jouer.
  • Ceci peut être fait sur les lieux du jeu (in vivo) ou en imagination (in vitro). Quant à la désensibilisation systématique, elle utilise un gradient d'indices de jeu de plus en plus puissants. À chaque niveau, toute excitation ressentie par le joueur est éteinte complètement en imaginant des scènes de tranquillité ou en effectuant directement une relaxation musculaire. Lorsqu'une scène de jeu ne produit plus d'excitation, on passe au niveau suivant, i.e. à une scène de jeu plus puissante.
  • Taux de succès : In vivo 20 % ; In vitro 43%.

Techniques de relaxation
  • Apprentissage de techniques qui peuvent être utilisées lorsque le besoin incontrôlable de jouer se fait sentir.

Thérapie par la satiété
  • Requiert de mettre le joueur en présence seulement de stimuli associés au jeu. Lorsque le joueur est repu, le jeu devrait perdre de sa valeur.  Cette technique à peu d'efficacité puisque le besoin revient aussitôt que le sentiment de satiété se dissipe.

Thérapie aversive

  • Administration d'une punition (chocs électriques ou injection d'apomorphine qui donne la nausée) en contingence avec le comportement de jeu. Ainsi, le jeu devient pairé avec un sentiment désagréable. Succès : 10 % à 23 %.

Counselling comportemental
  • Implique l'utilisation d'un contrat stipulant de ne pas jouer (ou de ne jouer qu'un petit montant quand le but est le contrôle du jeu). Le joueur est récompensé si le contrat est honoré et puni s'il est brisé.
  • Les conséquences négatives du jeu sont soulignées au joueur à travers un counselling en face à face.
  • Mise en place d'activités de substitution.
  • Contrôle des dépenses.
  • Support et suivi à long terme.
  • Efficacité évaluée seulement dans un contexte de contrôle du jeu et non d'abstinence. Les joueurs ont réussi à garder un contrôle sur leur jeu, mais aucun n'avait eu à faire face à un gain substantiel (qui est souvent à l'origine du jeu compulsif).

Retour à la page index de la section "Écoles de pensée"