www.Jeu-compulsif.info & www.toxico.info

REVUE DE PRESSE

.

Selon des études le "jeu" pathologique coûterait chaque année entre 2,5 et 5 milliards $ à la société québécoise

 

Au moment où Loto-Québec se prépare à publier son plan d'affaires, deux études américaines  mettent en lumière les coûts sociaux relié à la légalisation des jeux de hasard et d'argent. Le nombre de faillites personnelles serait deux fois plus élevées là où sont situés les casinos.  L'augmentation de la criminalité;  des fraudes contre les employeurs... en seraient aussi les corrolaires. Des conséquences qui coûteraient au bas mot, entre 2,5 milliards et 5 milliards de dollars par année au Québec, a appris le journaliste Alec Castonguay du DEVOIR. Cet excellent article d'enquète a été publié à la Une de l'édition du 10 avril de ce grand quotidien.

En fait, chacun des 140 000 joueurs compulsifs du Québec coûterait entre 18 000 $ et 56 000 $ par année à la société Québécoise ! La recherche de l'économiste Ernie Goss et du professeur en droit Edward Morse, de l'université Creighton, jette un éclairage nouveau sur les coût sociaux engendrés par le jeu pathologique...

Entre 1990 et 2000, les comtés américains qui renferment une maison de jeu ont affiché un nombre de faillites personnelles deux fois plus élevé que les autres régions urbaines en tout point semblables économiquement. Les auteurs de "The Impact of Casino Gambling on Bankruptcy Rates: A County Level Analysis" ont analysé minutieusement plus de 250 comtés américains avec ou sans casino pour en arriver à cette conclusion.

Une autre étude va dans le même sens...

www.jeu-compulsif.info a aussi pris connaissance d'une autre étude états-uniennes sur le sujet. Le célèbre professeur et économiste Earl L. Grinols de l'Illinois dans son livre “Gambling in America: Costs and Benefits ” publié chez Cambridge University Press.Les coûts sociaux associés au jeu pathologique sont, selon lui, très nombreux : augmentation de la criminalité, de la violence domestique et du mauvais traitement aux enfants; temps de travail perdu; faillites, privations financières des familles des joueurs pathologiques. Pour cet économiste les coûts, qu’il chiffre à 54 milliards de dollars/an, auraient atteint des dimensions épidémiques. Le «US General Accounting Office» évalue à 110 milliards de dollars annuellement les coûts reliés à l'abus des drogues. Grinols évalue les bénéfices reliés à l’apport économique des casinos à 46 $ par joueur alors que les coûts sociaux sont à la hausse et représenterait une somme de 289 $ par joueur ! Il écrit; “les dépenses annuelles reliées aux problèmes associés au jeu pathologique sont comparables à la valeur de la production perdue lors d'une récession économique de quatre ans.” C’est tous les contribuables qui doivent payer la note pour les problèmes d’une minorité, écrit-il. (LIRE L'ARTICLE D'ALAIN DUBOIS du 24/04/2004 SUR CETTE ÉTUDE ICI )

M. Robert Ladouceur, un chercheur financé pendant plus de 20 ans par les services corporatifs de Loto-Québec) ne chiffre qu'à 2,1 pour cent la population qui est victime de son obsession pour le jeu, soit 140 000 individus. Facture annuelle: plus de 2,5 milliards $. Statistique Canada et une étude léger Marketing estimait que (respectivement) 4,6 et 5% pour cent des Québécois pouvaient souffrir de graves problèmes de jeu pathologique, la facture atteidrait alors plus de cinq milliards par année. Une étude de la Régie régionale de la santé et des services sociaux de Mtl-Centre confirme ces chiffres, elle évalue à 4,8% le taux de prévalence général de joueurs pathologiques et à 9% chez joueurs compulsifs amateurs de loteries vidéo (40% des joueurs des ALV éprouveraient des problèmes de jeu divers)...
 

SOURCE: PRESSE CANADIENNE, LE DEVOIR, MaInrternet, JEU COMPULSIF INFO, éditions du 10 avril 2004


Jeu d'argent - Concilier l'État infirmier et l'État tenancier?

"Depuis 2002, les jeux de hasard et d'argent gérés par l'État québécois ont généré environ 3 % du budget du gouvernement du Québec: ceci équivaut à un montant, considérable, de plus de 1,35 milliard de dollars. Il y a deux ans, Loto-Québec remettait en dividendes à l'État des sommes supérieures à celles fournies par Hydro-Québec ou par la Société des alcools du Québec."

Pour lire la version intégrale de cette article du journal le DEVOIR, cliquez ICI 10/04/2004

Auteurs: Serge Chevalier, Sociologue, spécialiste des jeux d'argent & Élisabeth Papineau, Chercheuse, Institut national de la recherche scientifique et Institut national de santé publique du Québec

Études et recherches: Étude Léger Marketing (PDF)  -5% de joueurs pathologiques / Statistiques Canada, Fiche sur les jeux de hasard et d'argent (PDF) -4,6% de joueurs pathologiques (mars 2004) / Jeu pathologique et joueurs problématiques : Le jeu à Montréal (PDF) S Chevalier, D Allard, Régie régionale de la santé et des services sociaux de Mtl-Centre -4,8% de joueurs pathologiques ; loteries vidéo;  9% de joueurs compulsifs et de 40% de joueurs éprouvant un problème significatif / Gambling in America: Costs and Benefits” Earl L. Grinols, publié chez Cambridge University Press / “The Impact of Casino Gambling on Bankrupcy Rates:A County Level Analysis de l'économiste Ernie Goss et du professeur de droit Edward Morse de l'Université de Creighton, Nebraska

 GRAPHIQUES ET FIGURES DE LA RECHERCHE ICI
 

Résumé par Copernic Summarizer

Sur le même sujet: Google et Yahoo retireront les publicités de casinos en ligne de leurs sites ; Questions existentielles - Loto-éthique? par Nicolas Langelier, chroniqueur au quotidien LaPresse ;  Le rôle de l'État dans le développement du jeu compulsif, par Alain Dubois ;

www.Jeu-compulsif.info & www.toxico.info

Retour à la page d'accueil