www.jeu-compulsif.info & www.toxico.info

REVUE DE PRESSE

.

Les EnJeux du prochain plan d’affaire de Loto-Québec

Alain Dubois,  www.ToxicoQuebec.com

 

Le jeu pathologique représente, tout comme le tabagisme et la toxicomanie, un important problème de santé publique. À ce titre, il serait des plus judicieux que le gouvernement du Québec adopte un modèle de gestion plus éthique des «jeux» de hasard et d’argent. Le futur plan d’affaire de Loto-Québec qui doit être déposé d’ici la fin du mois est important. Aujourd’hui, contrairement à hier, nous avons un bon portrait des ravages sociaux causés par les «jeux» de hasard et d’argent (1). Le gouvernement et Loto-Québec doivent faire marche arrière et cesser de se comporter en «pusher» de jeux de hasard et d’argent. Les coûts sociaux (2) sont devenus trop importants par rapport aux bénéfices que la société québécoise en retire !

Le taux de prévalence de personnes souffrant du jeu pathologique est de +/- 5% et plus spécifiquement de +/-10%
(3) pour les appareils de loteries-video (ALV). Le gouvernement québécois, lorsqu’il a légalisé les jeux de hasard et d’argent, en a grandement facilité l’accès, entre autres en localisant les casinos de Montréal et de Hull près des Centres-villes et surtout en installant des appareils de loteries-vidéo (bandits manchots) dans un nombre très important de bars et autres débits d’alcool ! Ainsi, on retrouve au Québec des appareils de loteries vidéo (ALV) à presque tous les coins de rue de nos villes et villages ! Le Québec entier a été ainsi transformé par son gouvernement en un vaste casino…

La facilité d’accès au «jeu» de hasards et d’argent est, selon tous les experts, le principal facteur qui explique l’accroissement exponentiel du nombre de joueurs pathologiques qu’a connu le Québec ces dernières années. La soif d’argent facile des gouvernements québécois aux politiques néolibérales a provoqué ce grave problème de santé publique. De plus, en terme de sécurité publique, l’installation massive des appareils de loteries-vidéo a eu un autre effet pervers, celui de renforcer et financer le crime organisé ! Selon des sources policières et de l’aveu même de l’actuel ministre des Finances, Yves Séguin (
4), de nombreux bars et autres débits d’alcool appartiendraient ou seraient reliés au crime organisé. Les importants profits des ALV serviraient donc à financer directement le crime organisé, à cela il faut rajouter que le crime organisé récolterait aussi d’importantes sommes d’argent en contrôlant d’autres activités criminelles connexes, tels les prêts à taux usuraires.

Cette industrie du «vice» doit être sévèrement contrôlée, réglementée et soumise à des lois et règlements similaires à celles de l’industrie du tabac. Les ALV devraient être retirés des bars et autres débits d’alcool et uniquement disponibles dans les casinos. Ces derniers se doivent d’être peu nombreux et suffisamment éloignés des centres-villes afin d’en décourager l’accès facile. En bref ! La légalisation des «jeux» de hasard et d’argent devrait être dictée par de stricts motifs de santé et de sécurité publiques.

Voici quelques exemples de mesures que pourrait inclure le nouveau plan d’affaire de LQ et qui témoigneraient d’une gestion plus éthique et responsable des «jeux» de hasard et d’argent :

-N’ajouter aucun nouveau casino et conserver le statu quo au niveau de la localisation actuelle des casinos

-Retirer toute forme de subvention visant à faciliter l’accès aux casinos en y finançant, par exemple, le transport de clients (ex : transport de personnes âgées : clubs de l’âge d’or, résidents de centre d’accueil).

-Ne pas faciliter l’accès au casino de Montréal en implantant un tramway, train, monorail, etc.

-Enlever tous les ALV des bars et autres débits d’alcool et les confiner uniquement aux casinos. Voici une mesure qui permettrait en plus de relancer l’industrie des courses de chevaux (et les hippodromes) puisque c’est l’apparition massive des ALV qui est en bonne partie responsable de l’agonie de cette industrie.

-Soumettre les «jeux» de hasard et d’argent aux mêmes lois, règlements et restrictions que les produits du tabac en termes de publicité, de promotion et de commandites. (N.B : le gouvernement fédéral fait les Ponce Pilate en matière de «jeux» de hasard et d’argent alors que c’est lui, par voie de règlements, qui a cédé sa juridiction aux provinces. Il pourrait très bien corriger le tir et modifier les règlements existants afin de mieux baliser et réglementer le cadre dans lequel peut s’exercer la juridiction provinciale. Le gouvernement fédéral, sans violer le cadre institutionnel existant, pourrait donc très bien étendre ou adapter les lois et règlements sur le tabac aux «jeux» de hasard et d’argent.)

-Puisque les «jeux» de hasard et d’argent sont réservés aux 18 ans et plus, il devrait être interdit de diffuser aux heures de grandes écoutes des émissions mettant en vedette des jeux de hasard et d’argent travesties en quiz : La poule aux œufs d’or (inspirée de l’ancienne émission du même nom) à TQS, La Roue de Fortune (TVA), Chasse au trésor (inspiré de l’ancien Quiz Galaxie) à TVA. De plus, ce type d’émission dénote un manque d’éthique évident puisqu’il jette une confusion entre les quiz TV et les «jeux» de hasard et d’argent. Pourquoi le CRTC n’intervient-il pas ?

-Pour éviter toute apparence de conflits d’intérêts, LQ devrait se retirer de la fondation «Mise sur Toi» et céder les sommes d’argent qui y sont actuellement dévolues à une nouvelle fondation au sein de laquelle aucun représentant de Loto-Québec, du gouvernement ou chercheurs associés à Loto-Québec ne siégerait.

Alain Dubois, éditeur des sites www.jeu-compulsif.info  et www.toxico.info


Quelques références :

1) Selon l’INSPQ, une majorité de joueurs compulsifs songent au suicide (jusqu'à 70%) Évaluation du Programme expérimental sur le jeu pathologique - Serge Chevalier - Danielle St-Laurent - Denis Allard - Chantale Audet - Catherine Geoffrion - Élisabeth Papineau
2) Référence : Le jeu à Montréal par S Chevalier, D Allard, Régie régionale de la santé et des services sociaux de Mtl-Centre ; Statistique Canada évalue aussi le taux de joueurs pathologiques au Québec à 4,6%, "L'emploi et le revenu en perspective", numéro en ligne de mars 2004, Fiche sur les jeux de hasard et d'argent : www.jeu-compulsif.info/documents/fiche-jeu-de-hasard.pdf ; “Gambling in America: Costs and Benefits ” de l’économiste Earl L. Grinols de l'Illinois dans son livre publié chez Cambridge University Press.
3)
Selon une étude Léger Marketing (http://www.jeu-compulsif.info/documents/sondage-leger-marketing-jeu-2001.pdf ) réalisé dans le cadre du Forum sur le jeu pathologique, 5 % des Québécois se considèrent eux-mêmes joueurs pathologiques. La question posée était la suivante : « Sachant qu’un joueur compulsif est dépendant et obsédé parle jeu et qu’il ne pense qu’à retourner jouer pour récupérer ses pertes, estimez-vous être un joueur/une joueuse compulsif(ve)? »
-Pour les loteries vidéo, S.Chevalier évoque un taux de 9% de joueurs compulsifs et de 40% de joueurs éprouvant un problème significatif. Par ailleurs, il situe le taux de prévalence (général) de joueurs pathologiques à 5% (Jeu pathologique et joueurs problématiques : Le jeu à Montréal par S Chevalier, D Allard, Régie régionale de la santé et des services sociaux de Mtl-Centre, 2001 (http://www.jeu-compulsif.info/documents/jeu-pathologique-mtlcentre.pdf)
-Statistique Canada évalue aussi le taux de joueurs pathologiques au Québec à 4,6%, "L'emploi et le revenu en perspective", numéro en ligne de mars 2004, Fiche sur les jeux de hasard et d'argent : www.jeu-compulsif.info/documents/fiche-jeu-de-hasard.pdf
4) Le crime organisé contrôle les vidéo-pokers DENIS LESSARD, journaliste au quotidien LaPresse, 13 janvier 2004, cahier A7

Retour à la page d'accueil